C3vMVU3WEAARGFV[1]

La Bourse du Travail de Paris est le haut lieu du syndicalisme à Paris. J’ai été heureuse de m’y rendre, à l’invitation des syndicats, le 3 février dernier, pour fêter les 130 ans de cette institution.

Situé à deux pas de la place de la République, ce bâtiment, propriété de la Ville de Paris, est la première Bourse du Travail à voir le jour en France. Elle est animée par les 7 syndicats interprofessionnels représentatifs parisiens : la CGT, la CFDT, FO, la CFTC, la CGC, l’UNSA et Solidaires.

Fidèle à ses principes de départ, la Bourse du Travail est la « maison des syndicats ». Ses fondateurs avaient souhaité créer une bourse des « valeurs morales » là où Paris comptait déjà de longue date une bourse des valeurs financières. C’est cet idéal que perpétuent les conseillers juridiques de la Bourse qui reçoivent chaque année plus de 7000 salariés lors de permanences en droit social.

Dans une période où, suite aux changements de majorité, de très nombreuses communes d’Ile-de-France et de France, ont supprimé tout soutien aux syndicats et fermé leur Bourse du Travail, la Maire de Paris a, elle, réaffirmé sa volonté de soutenir ce lieu essentiel et son action au plus près des Parisiens. Je travaille d’ailleurs actuellement au renouvellement de la convention de partenariat entre la Ville et la Bourse du Travail.

Face aux mutations du monde du travail, il est plus que jamais nécessaire de rassembler toutes les forces vives pour faire mouvement et réinventer notre modèle social. J’ai donc fait le vœu, devant les militants syndicaux, que la Bourse du Travail continue à être ouverte à tous, aux salariés, aux privés d’emploi, et aux autres acteurs sociaux qui luttent contre le chômage, mais qu’elle soit aussi le creuset des innovations sociales.

Share Button
Retour sur les 130 ans de la Bourse du Travail de Paris