Delphine BürkliUn an après l’élection de Delphine Bürkli, il est temps de dresser un premier bilan de l’action de la nouvelle Maire du 9e arrondissement. Ce qui ressort, c’est d’abord une absence de projet et d’ambition pour l’arrondissement. Depuis un an, aucun projet d’envergure n’a vu le jour ou n’est enclenché. La politique sociale est reléguée au second plan, aucune création de crèche municipale ou associative n’est prévue, les promesses de campagne sur la propreté sont déjà oubliées, les progrès démocratiques des deux précédentes mandatures balayés. Alors que Paris connait de nouveaux pics de pollution, Delphine Bürkli et les élus UMP du 9e ont voté contre le plan anti-pollution présenté par Anne Hidalgo au Conseil de Paris. La gestion de l’argent public par la nouvelle majorité montre où sont les vraies priorités. En seulement un an, les frais de publication et de publicité de l’arrondissement ont augmenté de 788%, les frais de réception de 235% ! Dans un contexte de raréfaction de l’argent public, on ne peut qu’être choqué de voir autant de dépenses de communication au détriment de réalisations pour la vie quotidienne des habitants.

Les conseils de quartier placés sous tutelle de la mairie du 9e
Entre 2001 et 2014, avec Jacques Bravo, nous avons donné aux citoyens une place importante dans le processus de prise des décisions. Nous avons reconnu les habitants comme « les premiers experts » de leur territoire pour qu’ils puissent prendre part aux décisions qui les concernent. Ce n’est malheureusement plus le cas dans notre arrondissement. La Maire du 9e s’attèle à vider de leur substance les instances démocratiques mises en place.

C’est notamment le cas des conseils de quartier. Alors que j’ai proposé en Conseil de Paris de confier la présidence de tous les conseils de quartier aux habitants et que cela a été approuvé à l’unanimité, la Maire du 9e en a décidé autrement. Delphine Bürkli a imposé, à l’opposé de la dynamique parisienne de développement de la participation citoyenne, une mise sous tutelle des conseils de quartier de l’arrondissement. Les élus y ont désormais une place prépondérante en les présidant. Les conseils de quartier du 9e arrondissement ne co-construisent plus les projets locaux et ne sont même pas informés de toutes les décisions concernant la vie de quartier.

Politique d’urbanisme et du logement dans le 9e : entre inaction et opacité
La politique du logement, pourtant prioritaire pour les parisiens, est délaissée par la Maire du 9e arrondissement. La Maire s’oppose aux mesures de la Mairie de Paris pour augmenter l’offre de logements publics dans l’arrondissement. Nous avons proposé de transformer les bureaux vides et obsolètes de l’arrondissement en logements ou de préempter des appartements dans certains immeubles. La Maire du 9e arrondissement n’a pas voté le plan local de l’habitat qui permet cela.

Sa seule décision a été de supprimer la commission de présélection des dossiers des demandeurs de logements que nous avions mise en place avec Jacques Bravo et Claire Morel concernant les logements sociaux. Delphine Bürkli est désormais la seule à choisir les dossiers susceptibles de passer devant la commission d’affectation des logements sociaux et donc à désigner ceux qui peuvent se voir attribuer un logement. La Maire du 9e a choisi un dispositif qui va à contre-courant de la demande des Parisiens pour toujours plus de transparence et d’équité dans l’attribution des logements sociaux. Elle nourrit ainsi les fantasmes du clientélisme et des passe-droits que nous avons toujours combattus.

Le choix de la Mairie du 9e : stigmatiser plutôt que d’aider
La mairie d’arrondissement ne compte aucun adjoint en charge des solidarités. Cette absence d’adjoint dédié est révélatrice des intentions de la Maire d’arrondissement en la matière. Aucune mesure n’a été prise, depuis le début de la mandature, en faveur de ceux qui ont besoin d’être aidés comme les personnes isolées. Cette solidarité permet pourtant de construire un quartier inclusif, solidaire capable de faire profiter de son dynamisme à tous.

Les seules mesures prises dans ce domaine sont répressives. Ainsi, en conseil d’arrondissement du 30 juin 2014, le premier adjoint de Delphine Bürkli, a présenté un vœu stigmatisant sur la présence des campements sauvages dans l’arrondissement. Dans ce vœu, la question de la pauvreté est abordée uniquement sous un angle sécuritaire. Cela revient à dénoncer la pauvreté visible dans la rue sans pour autant proposer de solutions pour la résorber. Si ces campements posent bien évidemment des problèmes auxquels il faut répondre, ce n’est pas avec des mesures purement sécuritaires que l’on y arrivera. A l’inverse, à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo a choisi de faire de la lutte contre l’exclusion la grande cause de la mandature avec des propositions concrètes dans un pacte ambitieux impliquant toutes les institutions mais aussi les associations.

Les régressions et les reculs sont nombreux. Cette absence de vision est déplorable pour notre arrondissement qui compte pourtant de nombreux atouts et connaît une dynamique démographique, économique et culturelle forte.

Fidèle à la démarche qui m’anime depuis toujours, je m’attache à rendre compte de mon action aux électeurs. Avec Claire Morel nous menons une opposition constructive, en approuvant les décisions lorsqu’elles vont dans le bon sens. Mais nous dénonçons l‘absence d’ambition pour notre arrondissement, et les reculs dans de nombreux domaines du fait de la politique de la Maire du 9e. Nous faisons aussi régulièrement des propositions en faveur du logement, du sport, de la végétalisation, de la participation citoyenne ou encore des personnes handicapées qui sont malheureusement le plus souvent refusées par la Maire du 9e.

Vous pouvez compter sur moi pour poursuivre, avec la même détermination, et dans le respect des valeurs de solidarité et d’humanisme, mon action au service des Parisiens et des habitants du 9e.

Share Button
Le vrai bilan de la Maire du 9e