conseildeparis-cgf

Ce lundi 5 février, le Conseil des Générations Futures s’est exprimé pour la 1ère fois devant le Conseil de Paris pour présenter ses travaux :  Patrick Doutreligne, co-président du Conseil , a ainsi présenté  le rapport d’activité de la première année et demi d’existence de cette instance, et Charles-Edouard Vincent, fondateur de Lulu dans ma rue et président de la commission « économie du partage » a présenté les conclusions de cette commission. L’occasion de revenir sur la raison d’être de cet organe de consultation de la société civile, qui s’inscrit au cœur du projet de démocratie locale et de participation citoyenne de la Ville de Paris.

Le Conseil des Générations Futures, souhaité par la Maire de Paris, est une instance consultative, indépendante et paritaire, qui a pour vocation de représenter la société civile parisienne et de réfléchir de manière prospective sur des thèmes qui concernent Paris et les Parisiens. Il est composé de 7 collèges, qui visent à refléter la société civile dans toute sa diversité.

Depuis juin 2016, le Conseil des Générations Futures travaille sur trois thèmes clés du Paris de demain : l’économie du partage, la jeunesse à Paris et le Vivre ensemble à Paris. C’est le thème de l’économie du partage qui était mis à l’honneur lors de cette prise de parole, puisque la commission est venue communiquer la conclusion de ses travaux.  La Maire a saisi il y a quelques mois  le Conseil autour de ce défi : « comment organiser l’économie collaborative pour qu’elle reste une économie du partage et non de la prédation ? ». En effet, l’économie collaborative s’impose à l’heure actuelle et pour le futur comme un phénomène incontournable. Au-delà de l’opportunité économique qu’elle représente, elle doit aussi être pensée comme un nouveau mode d’organisation, horizontal, qui fédère des communautés entre elles et qui vient souvent répondre à des besoins non ou mal couverts jusque-là. Il s’agit cependant d’être aussi lucide sur les risques d’externalités négatives portés par ce secteur, tout en refusant de tomber dans une pensée binaire et manichéenne.

Du rapport de la commission se dégage trois grands axes:

  • Faire en sorte que personne ne soit écarté des bénéfices apportés par l’économie collaborative, du fait d’un manque d’outils numériques mais aussi de connaissance des usages  et ainsi répondre au défi de la fracture collaborative ;
  • Mettre en place un référentiel d’évaluation d’impact des initiatives de l’économie collaborative au travers d’une grille de lecture approfondie ;
  • Structurer une grande concertation entre la Ville de Paris et l’ensemble des acteurs de l’économie collaborative.

Nous allons nous inspirer de ces propositions pour guider les initiatives de la Ville de ce Paris dans ce domaine, en associant bien évidemment le Conseil des Générations Futures aux réflexions et à leur mise en œuvre. Plusieurs pistes de réponses sont d’ores et déjà à l’examen, comme l’organisation d’une rencontre avec les pilotes de la stratégie Inclusion Numérique lancée en 2017 et qui rejoint les préconisations pour lutter contre la fracture collaborative, la mise en place d’une grande conférence sur l’économie du partage qui associerait le Conseil des Générations Futures, en partenariat avec la chaire d’économie de Paris, ou encore la création d’une « Journée des défis collaboratifs », qui permettra de mobiliser l’intelligence collective d’un secteur pour répondre à une problématique identifiée par la Ville.

Au-delà des propositions de fond qui émerge, c’est l’état d’esprit positif dans lequel les travaux du Conseil des Générations Futures sont menés qui est à souligner : bienveillance, volonté de convergence et recherche d’un consensus au-delà des clivages.

Je remercie très sincèrement les deux co-présidents, Patrick Doutreligne et Cynthia Fleury et les 162 autres conseillères et conseillers de ce Conseil qui, par leur diversité et leur ouverture développent une vision originale et éclairée sur des sujets majeurs pour le Paris d’aujourd’hui et de demain. Leur travail nous éclaire sur des sujets aussi importants que l’économie du partage, la jeunesse et le vivre-ensemble, et bientôt sur « l’esprit civique », qui fera l’objet d’une prochaine commission et donc d’un prochain avis.

 

 

 

Share Button
Conseil des Générations Futures : premier bilan au Conseil de Paris